23 juin 2021

BOLIVIE : MÊME SANS MORALES, LA GAUCHE TRIOMPHE

Il y a un an, Evo Morales quittait sous la contrainte la présidence de la Bolivie. Soupçonné de fraude électorale, il avait été poussé à la démission et à l’exil politique par la droite bolivienne. Jeanine Anez, figure controversée de la droite bolivienne – notamment pour ses prises de positions, jugées racistes, à l’égard des populations indigènes – s’auto-proclamait, bible à la main, présidente par intérim. Le temps que soient organisées de nouvelles élections.

Malgré de multiples reports, les élections ont finalement eu lieu le 18 octobre dernier. Et à la surprise générale, c’est Luis Arce, candidat du parti d’Evo Morales, le MAS, qui l’emporte dès le premier tour.

Qu’est-ce qui s’est passé depuis un an ?
Quel bilan pour Jeanine Anez ?
Qui est Luis Arce ?
Que peut-on attendre de son projet politique ?
Pour répondre à ces questions, j’ai contacté Hervé Do Alto, sociologue spécialisé dans les politiques latino-américaines et plus particulièrement de la Bolivie.

Vivement que ceci arrive en France

Claudia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.