23 février 2024

Le Méprisant de la République, Monique Pinçon-Charlot

Jamais dans la Ve République un président n’avait fait preuve d’autant d’arrogance à l’égard de celles et ceux « qui ne sont rien ».
Ne nous y trompons pas : le mépris des gens ordinaires ostensiblement affiché par Emmanuel Macron n’est pas qu’un trait de caractère. Ce mépris doit être mis en regard de la violence d’une oligarchie qui accapare aujourd’hui tous les pouvoirs et toutes les richesses.
Le dédain élyséen rend visible la violence des ultra-riches tout en occultant les logiques sociales qui sont au cœur du capitalisme. D’où la nécessité de poser un regard sociologique sur le mépris de classe, comme le fait ici Monique Pinçon-Charlot à travers une chronique de la lutte contre la réforme des retraites.
En temps normal, les dominants cherchent à masquer les hiérarchies sociales. Mais, lorsqu’ils se sentent menacés, comme c’est aujourd’hui le cas, leur violence symbolique s’affiche au grand jour. Au risque qu’elle se retourne contre eux !
Édition Textuel

Et malheureusement avec l’actualité politique (loi sur l’ immigration, la casse des services publics, la chasse aux pauvres, etc.) Macron continue d’écraser le peuple et de mener la France vers le désespoir. Seul la NUPES peut enrayer la trajectoire de l’extrême droite. Réveillez-vous !

Claudia

 

2 réflexions sur « Le Méprisant de la République, Monique Pinçon-Charlot »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.