9 décembre 2023

Le miracle Spinoza, Frédéric Lenoir

Nos pensées et nos sentiments sont intimement liés. Mettre sa pensé en cohérence avec ses actes. Changer notre regard afin de nous rendre libres et heureux.

Spinoza place la raison au centre de tout.

L’ignorance est la cause de tous les maux. A l’inverse la connaissance ouvre la voie au changement, à l’action appropriée à la liberté.Ne pas porter de jugement sur un acte mais essayer de le comprendre en vue de l’améliorer. s’attaquer aux causes profondes.

Agir au lieu de se lamenter. Et s’engager dans l’éducation, le savoir être et le vivre ensemble.

C’est parce que la vie est incertaine, faite de hauts et de bas que nous sommes portés à croire à toutes sortes de fables, qui nous aident à conjurer la crainte et à allumer l’espoir. (…) Mais surtout il explique que la superstition est le meilleur moyen de gouverner la masse et qu’elle prend le plus souvent le visage de la religion.

Celui qui jouit du vrai bonheur ne se sent en rien supérieur aux autres et n’a pas besoin d’affirmer sa supériorité par une prétendue élection divine. « La joie qu’on éprouve à se croire supérieur, si elle n’est pas tout enfantine, ne peut naitre que de l’envie et d’un mauvais cœur. »

Le but de l’organisation en société, c’est la liberté. Le meilleur gouvernement est celui qui respecte la liberté de penser des individus. Chaque individu fait ce qui lui semble être bon pour lui. Si les hommes vivaient sous l’emprise de la meilleure partie d’eux même, la raison, ils ne causeraient jamais de tord à autrui. Mais comme ils vivent davantage sous l’emprise de leurs passions (les émotions, l’envie, la jalousie, le besoin de dominer, etc.), les êtres humains s’entre-déchirent.

Spinoza avait compris, trois siècles avant Gandhi que la véritable révolution est intérieure et que c’est en se transformant soi même qu’on changera le monde.

Le moteur du changement, c’est le désir ! Ne plus rien désirer, c’est éteindre la flamme de la vie. C’est anéantir toute puissance vitale, source de tous nos désirs qui fonde la vertu et conduit au bonheur.

Il faut guider le désir par la raison et la volonté et le réorienter vers des biens véritables, qui élèvent l’homme au lieu de l’avilir ou de le rabaisser. La raison et la volonté ne suffit pas à changer. Nous avons besoin de la force du désir pour changer. Puissance du corps et de l’esprit. le désir mobilise la totalité de notre être.

Être libre, c’est être pleinement soi-même. C’est répondre aux déterminations de sa nature. Il faut se transformer soi même pour changer le monde !

Je me suis régalée !

Claudia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.