19 mai 2024

Le loup condamné à mourir par l’état français et l’UE.

Six associations de protection de la nature ont claqué la porte du Groupe national loup,
après la présentation du Plan loup 2024-2029 le 18 septembre.

Photo prise par Wolf Conservation Center
Si vous souhaiter les aider, cliquer sur la photo.

« Le gouvernement fait le choix délibéré d’utiliser les dérogations juridiquement prévues dans le statut de protection pour organiser sans l’assumer une régulation cynégétique du loup en simplifiant les procédures d’abattage, empêchant le rétablissement d’une population viable de l’espèce sur son aire naturelle de répartition », écrivent-elles.

Les associations s’insurgent contre le projet du gouvernement de simplifier le recours aux tirs et de réclamer le changement du statut de protection du loup à l’échelle européenne. Elles déplorent que l’exécutif ait écarté leurs propositions de longue date pour répondre « de façon privilégiée » aux organisations professionnelles d’éleveurs, FNSEA en tête.

Je suis écœurée par la politique macroniste qui engendre de plus en plus de maltraitance animale. Je suis atterrée par la politique libérale mondiale. Bruxelles propose de renouveler pour dix ans l’autorisation de l’herbicide controversé au sein de l’Union européenne, le glyphosate. Nous constatons de moins en moins d’abeilles, d’insectes en général, d’oiseaux dans nos campagnes.A qui la faute ?

Si nous, le nombre nous n’arrêtons pas ce massacre, nous allons à notre perte. L’homme ne peut pas vivre sans les animaux. Aux prochaines élections, choisissez un candidat qui privilégie le bien être animale.

Claudia

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.