8 décembre 2022

La bête en nous , Jessica Serra

Docteure en éthologue Jessica Serra,  Spécialiste de la cognition animale, elle travaille depuis quinze ans sur le comportement des mammifères (primates, rongeurs, animaux de compagnie…). Elle a animé l’émission à succès La vie secrète des chats sur TF1. Elle est aussi l’auteure de Dans la tête d’un chat (humenSciences, 2020).

La bête est tapie en nous. Nous la taisons, l’étouffons, l’exécrons. Elle ramène à l’instinct, l’incontrôlable, l’immoral. S’éloigner d’elle nous permet d’accepter la cruauté des abattoirs ou de la corrida. Elle nous rassure quant à notre place dans l’univers.

« Combien de temps continuerons-nous à exploiter les animaux pour nous convaincre que nous n’en sommes pas ? C’est là tout l’enjeu de notre époque: soit nous considérons les autres formes de vie avec humilité et respect, soit nous persévérons aveuglement dans nos croyances invisibles, qui nous confortent sur notre place dans l’univers, mais condamnent à l’extinction des milliers d’espèces en précipitant par la même occasion notre perte »

 » l’humanité tient peut-être surtout à sa relation meurtrière aux animaux, comme marque de sa domination » Florence Burgat, directrice de recherche à l’Inra.

Comment en sommes-nous arrivés à penser notre animalité par opposition à notre humanité ? Ce raisonnement a-t-il une réalité scientifique ?

L’Homme est-il si différent des animaux ? A-t-il une intelligence à part ?

Est-il seul à aimer, pleurer, rire ? À posséder une morale ou à faire la guerre ?

À travers les découvertes fascinantes réalisées par des éthologues, des anthropologues et des archéologues, ce livre décrypte nos comportements à la lumière de leurs racines animales et déconstruit les idées reçues. De quoi changer en profondeur notre regard sur « le royaume des bêtes » dont nous faisons partie.

J’ai aimé 90 % du livre. Je me suis interrogée sur les 10 derniers %. Quand elle évoque l’homosexualité des animaux dans les zoos. Je me demande si certains animaux ne décident pas de ne pas se reproduire pour éviter la cruauté de l’enferment, à leurs petits. Et si tel est le cas, pouvons-nous alors parler d’homosexualité ?

Bref, comme vous le constatez, ce livre amène à nous poser des questions sur notre comportement vis-à-vis des animaux et vis-à-vis de l’interprétation de leurs mœurs. Car je pense que la limite est mince pour ne pas tomber dans l’anthropomorphisme.

Les collections humenSciences

Claudia

2 réflexions sur « La bête en nous , Jessica Serra »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.