17 octobre 2021

Anaïs Nin Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff: énorme coup de cœur !

La dessinatrice, Léonie Bischoff publie en BD chez Casterman une biographie délicate d’Anaïs Nin. Elle explique à Anne Douhaire comment elle s’y est prise.

Son : Jean-Philippe Jeanne Montage : Didier Mariani

« Le journal était vraiment un journal de voyage. J’allais faire des descriptions de l’Amérique pour que mon père vienne nous voir. Mais ma mère ne m’a pas laissée lui envoyer. Alors ça a changé un peu de caractère, d’être une lettre pour mon père, c’est devenu un peu un refuge dans une nouvelle vie, dans un pays où je ne connaissais pas la langue. Je voulais rester seule avec mes écrits en français, mes livres en français. Je faisais un petit sanctuaire du journal. »Anaïs Nin

« Je n’ai pas beaucoup de confiance en la mémoire. La mémoire change beaucoup les choses. J’étais très étonnée quand j’ai relu les journaux de cette époque, de retrouver d’abord quelqu’un que je ne reconnaissais pas. Des réactions que j’avais oubliées. Je ne me fie pas aux souvenirs. »Anaïs Nin

« C’était l’aspect de créateur et d’inventeur de l’homme qui fait de la fabulation. Alors moi, j’étais étonnée parce que nous parlions toujours de sa femme comme mythomane. Mais je disais tout de même au fond, l’écrivain aussi, est un mythomane. » Anaïs Nin

« Les vérités de Miller quelquefois, étaient assez terribles pour les personnes qu’il décrivait comme, par exemple, le conte qu’il a fait sur sa famille. Ce genre de caricature, ce genre de vérité, comme femme, je ne pouvais pas l’atteindre. Alors ce que j’appelais mensonge, c’était les choses qu’on dit pour adoucir justement les coups ou adoucir la vérité, pour protéger les êtres de chocs ou de choses qui leur étaient trop pénibles. Ça, c’était mon mensonge. » Anaïs Nin

Pour continuer à découvrir Anaïs Nin, France Culture.

Anaïs Nin naît en France d’une mère franco-danoise et d’un père cubano-catalan. Alors qu’elle a 11 ans, son père quitte la famille pour une jeune fille de 16 ans. Cette absence la marque et la pousse à écrire pour lui des lettres qu’elle n’envoie pas, mais qui forment son premier journal intime.

La mère d’Anaïs déménage la famille à New York. La jeune fille se met dès lors à écrire en anglais.

Elle retourne vivre à Paris en 1924 avec son premier mari, puis publie un premier livre sur l’auteur D. H. Lawrence. C’est alors qu’elle fait la connaissance de l’écrivain Henry Miller. Leur amitié épistolaire devient une histoire d’amour. À la fois muse et amante d’Henry Miller, elle le soutient financièrement, et Henry l’aide et l’encourage sur le plan créatif.

La grande exploratrice

Henry Miller introduit également Anaïs Nin à la bohème parisienne de même qu’à un mode de vie plus volage. L’écrivaine connaît de multiples aventures, dont avec l’homme de théâtre Antonin Artaud et l’astrologue Conrad Moricand. Elle et Henry Miller forment un temps un triangle amoureux avec la femme de Miller, June.

Adepte de la psychanalyse, elle vient à la pratiquer elle-même. Elle s’affranchit un temps de son mari pour aller vivre dans une péniche sur la Seine, où elle reçoit un amant péruvien qui l’initie à la politique et qui l’aide à publier ses romans. Puis, elle prend un second mari aux États-Unis, et ce, sans n’avoir jamais quitté son premier.

Le premier tome de ses carnets est publié en 1966. À sa mort, en 1977, ses journaux sont réédités en version non censurée. On y apprend notamment qu’Anaïs Nin a retrouvé son père dans les années 1930 et qu’elle a eu des relations sexuelles avec lui.

Source Radio Canada

Cette BD est d’un niveau exceptionnel tant par le graphisme, les couleurs que par le thème abordé. La vie d’Anaïs Nin y est décrit par touches successives, comme on effleure une fleur. J’ai savouré ce magnifique objet jour après jour en prenant mon temps, au rythme de l’héroïne. Léonie Bischoff a su respecter les moments forts d Anaïs Nin sans jamais tomber dans la vulgarité. Au contraire, tout est dessiné avec brio !  Vraiment chapeau bas, c’est du très grand art !

Claudia

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.