8 décembre 2022

Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe, Chimamanda Ngozi Adichie

« Je suis convaincue de l’urgence morale qu’il y a à nous atteler à imaginer ensemble une éducation différente pour nos enfants, pour tenter de créer un monde plus juste à l’égard des femmes et des hommes ».

A une amie qui lui demande quelques conseils pour élever selon les règles de l’art du féminisme la petite fille qu’elle vient de mettre au monde, Chimamanda Ngozi Adichie répond sous la forme d’une missive enjouée. Non dénuée d’ironie. Qui prend vite la tournure d’un manifeste. L’écrivain nigériane examine les situations concrètes qui se présentent aux parents d’une petite fille et explique comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme. A travers des exemples tirés de sa propre expérience.

Cette lettre manifeste s’adresse à tous. Aux hommes comme aux femmes. Aux parents en devenir. A l’enfant qui subsiste en nous et qui s’interroge sur l’éducation qu’il a reçue. Chacun y trouvera les clés d’une ligne de conduite féministe, qui consiste à croire en la pleine égalité des sexes et à l’encourager.

Ce petit texte de 78 pages est fort sympathique. Et la forme est très agréable à lire. Bien que j’ai préféré « Nous sommes tous des féministes »  . Son positionnement concernant l’éducation de l’enfant est trop simpliste. Néanmoins, le coté fille est intelligemment amené.

Claudia

 

Une réflexion sur « Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe, Chimamanda Ngozi Adichie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.