1 juillet 2022

Variations sauvages, Hélène Grimaud

Je viens de terminer la lecture du livre d’Hélène Grimaud, Variations sauvages,  et je suis tombée sous le charme de sa personnalité hors du commun. Elle vit ses passions (musique, loup) comme elle parcourt son chemin. Avec voracité, sincérité et liberté.
Je l’envie quand elle parle de sa volonté à trouver sa voie et à l’explorer avec détermination. Elle a une force de caractère qui lui permet de passer les obstacles avec lucidité. Aujourd’hui, elle a trouvé son équilibre et ainsi donner du sens à sa vie. Bravo l’artiste !

C’est sa rencontre fortuite avec une louve, Alawa dans le nord de la Floride, qui fait naître son amour pour l’espèce en danger et la décide à ouvrir un centre de sensibilisation à l’environnement. « Pouvoir participer activement à la protection des animaux et les remettre à la place qui est la leur, il n’y a rien de plus gratifiant », estime-t-elle. Mais l’engagement d’Hélène Grimaud ne s’arrête pas là : elle est également membre de l’organisme Musicians for Human Rights, un réseau mondial de musiciens et de personnes travaillant dans le domaine musical qui s’attachent à promouvoir une culture des droits de l’homme et du changement social.

Hélène Grimaud

Née à Aix-en-Provence en 1969, elle se forme avec Jacqueline Courtin au conservatoire local puis à Marseille avec Pierre Barbizet. Elle est admise au Conservatoire de Paris dès l’âge de treize ans et remporte le premier prix de piano trois ans plus tard, en 1985. Elle poursuit sa formation avec György Sándor et Leon Fleisher. En 1987, elle donne son premier récital à Tokyo et est invitée par Daniel Barenboïm à jouer avec l’Orchestre de Paris. C’est le début d’une carrière étincelante. Elle se produit avec de nombreux orchestres prestigieux sous la direction de chefs renommés.

Entre son premier concert, en 1995, avec le Philharmonique de Berlin sous la direction de Claudio Abbado, et celui, en 1999, avec le Philharmonique de New York sous la direction de Kurt Masur – deux jalons importants parmi tant d’autres – s’insère un autre type d’événement : elle fonde dans l’État de New York le Wolf Conservation Center (« Centre de protection des loups »). Pour aller plus loin, je vous invite à aller sur son site.

Je viens de commander Leçons particulières, pour continuer à découvrir Hélène Grimaud et j’ai commander au père Noël l’un de ses disques 🙂

Claudia

2 réflexions sur « Variations sauvages, Hélène Grimaud »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.