21 octobre 2021

Lettre ouverte aux animaux (et à ceux qui les aiment)

« Nous ne désirons pas une chose parce que nous la jugeons bonne, mais nous la jugeons bonne parce que nous la désirons » Philosophe Baruch

« Je dois combattre la douleur d’autrui parce qu’elle est douleur, comme la mienne. Je dois œuvrer au bien des autres parce qu’ils sont comme moi, des êtres vivants » Frédéric Lenoir

« Comme il se prépare à verser un jour le sang humain, celui qui égorge de sang-froid un agneau et qui prête une oreille insensible à ses bêlements plaintifs. » Ovide, poète latin

« Révoltons-nous contre l’ignorance, l’indifférence, la cruauté, qui d’ailleurs ne s’exercent si souvent contre l’homme que parce qu’elles se sont fait la main sur les bêtes. Rappelons- nous, puisqu’il faut toujours ramener à nous mêmes, qu’il y aurait moins d’enfants martyrs s’il y avait moins d’animaux torturés, moins de wagons plombés emmenant à la mort les victimes de quelconques dictatures si nous n’avions pas pris l’habitude de fourgons où des bêtes agonisent sans nourriture et sans eau en route vers l’abattoir, moins de gibier humain descendu d’un coup de feu si le goût et l’habitude de tuer n’étaient l’apanage des chasseurs »  Marguerite Yourcenar

Frédéric Lenoir nous offre un magnifique livre sur les animaux. Une très belle et généreuse réflexion sur nos amis. Une importante documentation sur les conséquences de manger les animaux. J’invite tous ceux qui aiment les animaux à lire ce livre. Si après vous les manger toujours avec autant d’entrain, c’est que vous êtes irrécupérable pour l’humanité et l’espèce animale. 🙂

Michel Serres : le progrès humain passe par l’altruisme

Claudia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.