21 octobre 2021

Centenaire de Brassens à Sète

Georges avant Brassens, un grand bain de chansons

De son enfance à Sète à ses premiers pas en public, la vie de Georges Brassens a été rythmée par les notes, les mots, et les chansons. Celles des autres d’abord et puis bien sûr les siennes.

Georges Brassens a toujours chanté. Les chansons napolitaines que sa mère fredonnait pour se rappeler sa jeunesse, les grands succès des années 1920 et 1930 – ceux de Lys Gauthy, de Ray Ventura, de Fréhel, puis de Mireille et de Charles Trénet – mais aussi les chansons populaires, les airs d’opérette, les chansons paillardes, et les premiers standards de jazz. Peut-être même a-t-il siffloté des marches militaires pour peu qu’elles aient été « bien fichues »… Cela lui a donné un sens inné de la musique, auquel la découverte des poètes à l’adolescence ajoutera le goût des mots.

La musique et les mots, donc. Il semblait destiné à faire des chansons. Pourtant cette vocation mettra du temps à s’affirmer. Avant de rencontrer le succès, à trente ans passés, Brassens sera passé par de longues années de maturation laborieuse et parfois douloureuse.

Retour aujourd’hui sur cette première moitié de la vie de Brassens.

Par Victor Macé de Lépinay, producteur du Rayon BD sur France Culture, il est aussi un passionné de chansons et de Brassens en particulier, avec lequel il chemine depuis une vingtaine d’années.

France culture

Tonton Georges en majesté, sans tambour ni trompette

Georges Brassens a fait entrer dans l’imaginaire collectif la figure du chanteur à guitare (et à pipe et à moustache). Mais au-delà de ça, il a surtout renouvelé l’art français de la chanson, influençant toutes celles et tous ceux qui le suivront.

Georges Brassens monte sur scène pour la première fois en 1952 et connaît un succès fulgurant. Trois ans plus tard à peine, il est unanimement considéré comme un des plus grands chanteurs français. Dans les cabarets qui fleurissent à cette époque, on le chante, on le copie, on s’en inspire. Bien des jeunes et moins jeunes en font une sorte de maître à penser.

France culture

J’aimerai bien aller me promener à Sète pour cette exposition 🙂

Claudia

2 réflexions sur « Centenaire de Brassens à Sète »

  1. Moi aussi !
    Merci pour cette info.
    Cette expo aurait plu à mon mari. Il vénérait G. Brassens et connaissait tout son répertoire… Nous sommes d’ailleurs allés à Sète sur sa tombe…
    Bisous ma Claudia

Répondre à Béa Kimcat Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.