17 octobre 2021

Vaccin : l’effondrement de l’État rend la France impuissante

Le dimanche 10 janvier 2021, Jean-Luc Mélenchon était l’invité d’Amélie Carrouër. Le député des Bouches-du-Rhône était d’abord interrogé sur la situation sanitaire à Marseille et a appelé le gouvernement à écouter les demandes du maire Benoît Payan.
Concernant la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé le chaos des consignes. Il a aussi critiqué l’incapacité du pouvoir en place à organiser une campagne de vaccination efficace.

Sur ce point, il a aussi appelé à ce que les Français puissent avoir le choix entre le vaccin Pfizer à l’ARN messager et d’autres vaccins employant d’autres techniques.

Plus largement, Jean-Luc Mélenchon a fait état d’une forme de déclassement de la France avec l’effondrement de l’État. Il s’est interrogé sur la raison pour laquelle la France était la seule grande puissance à ne pas avoir développé de vaccin, ou encore sur la raison pour laquelle c’était LVMH qui avait fourni 5 millions d’euros à l’institut Pasteur de Lille pour des recherches sur un traitement contre le Covid 19 plutôt que l’État.

Il a appelé à construire un pôle public du médicament. Sur un tout autre sujet, le député insoumis a dénoncé le comportement de Michelin qui touche le CICE mais va supprimer des emplois dans notre pays. Il a plus largement expliqué que le comportement égoïste des riches était intolérable dans une période aussi importante que celle que nous traversons avec la crise sanitaire. Jean-Luc Mélenchon était également interrogé sur la tentative de putsch aux États-Unis avec la prise du Capitole par des militants pro-Trump. Il a expliqué qu’en dépit de son opposition à Trump, il n’était pas d’accord avec le fait que des entreprises privées comme Facebook et Twitter s’occupent de le censurer et a rappelé que la loi Avia avait autorisé cela en France.

Jean-Luc Mélenchon a aussi alerté sur le danger que constitue l’extrême droite dans ce pays comme dans d’autres et a demandé de nouveau la dissolution des groupes d’extrême droite les plus dangereux. Il a aussi dénoncé l’ambiguïté des macronistes qui n’ont pas voulu nommer le danger en citant l’extrême droite. Il a rappelé les ambiguïtés du président Macron qui, dans une interview, faisait des œillades à l’extrême droite en citant Pétain et Maurras. Enfin, le député insoumis était interrogé sur la présence de Macron à Jarnac pour l’anniversaire de la mort de Mitterrand. Il a expliqué que les Français ne confondraient pas l’homme qui a mis en place l’ISF avec celui qui l’a supprimé et qu’ils ne confondraient pas l’homme de la retraite à 60 ans avec celui qui veut la mettre à 63 ans.

Claudia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.